FAQ

    Système combiné Live: http://wierde.lesfontaines.be:81/dlx/live/view/9920 m² de capteurs solaires Sunoptimo avec poêle à bois dans une maison basse énergie, un ballon de 300L sanitaire et un tampon de 1250 L.

    En général, la surface de capteurs se situe entre 10m² et 30 m², avec un rapport surface capteurs/volume stockage entre 40L et 80L par m² utile de capteurs solaires. Plus vous mettrez de surface de capteurs et plus vous aurez un apport solaire mais plus le système coûtera cher, avec une productivité allant de 500 kWh/m² à 200 kWh/m² par an.

    Tout dépend de l’autonomie solaire que vous voulez avoir, du niveau de confort que vous voulez obtenir, de la période de payback que vous ne voulez pas dépasser, etc.

    Seule chose vraiment importante: vous devez opter pour un système autovidangeable et surtout pas un système sous pression comme on peut le plus souvent rencontrer. Il est évident qu'en plaçant ce genre de surface permettant un apport solaire, vous serez largement en surchauffe en été lorsque vous n'aurez plus besoin d'apporter de l'énergie au chauffage.

    C'est surtout en inter-saison ou lors de journée bien ensoleillée en plein hiver que vous pourrez apprécier l'apport solaire de ce système.

    En dehors de ces périodes, les surfaces de capteurs additionnelles aux 5m² habituels du chauffe eau solaire individuel seront relativement inutiles, sauf bien sûr si une piscine doit aussi être chauffée.

     

    •    Le capteur sous vide a un avantage et des inconvénients. L'avantage est principalement lié à son rendement pour des températures élevées. Ses inconvénients sont
      • moins bon rendement à rendement nominal et donc pour les deltas de température plus bas.
      • Plus fragile
      • Perte de rendement au cours du temps par le fait que le vide disparaît
      • Pour une surface donnée, disponible sur le toit, les capteurs sous vide ne permettront pas d'avoir la même surface optique (surface utile) qu'un capteur plan
      • les capteurs sous vide sont en général plus chers que les capteurs plans.
    • Les capteurs sous vide ne permettent pas en général d'utiliser la technologie Drainback, seul les capteurs plans le permettent. Par conséquence, le bon dimensionnement de l'installation n'est pas possible, au risque de générer des gros problèmes de surchauffe

    Plus on place de capteurs, plus on fera des économies mais plus l'installation solaire thermique coûte cher au départ. C'est en calculant précisément le coût total pour le chauffage de  l'eau pour une période d'analyse donnée en tenant compte aussi bien du coût de l'installation solaire mais également du coût de l'énergie d'appoint résiduelle (dont le coût va évoluer dans le temps) que l'on peut déterminer avec précision la surface idéale à placer. Sunoptimo a développé des outils de calcul très avancés permettant de déterminer avec précision ce "Dimensionnement Optimum™". N'hésitez pas à nous solliciter afin de pouvoir faire une pré-étude de votre projet en remplissant le formulaire.

    •    Les deux technologies sont complémentaires. Lorsque les moyens financiers et la place sur le toit le permettent, les deux technologies ont leur place.
    • ​Le rendement du photovoltaïque se situe entre 12% et 18% en fonction des modules choisis. Ce rendement va diminuer une fois que les modules vont chauffer. Le rendement nominal du solaire thermique est de 80%. Ce rendement va diminuer lorsque la différence de température entre l'extérieur et l'intérieur du capteur va augmenter pour atteindre  par exemple 60% lorsque la différence de température entre l'extérieure et l'intérieure sera de 50°c (si il fait 20°c dehors, cela signifie que la température dans le ballon d'eau chaude qui circule dans les capteurs est de 70 °c). En d'autres termes, si le soleil apporte 1000 kWh sur 1 m², cette surface photovoltaïque apportera théoriquement de l'ordre de 120 à 180 kWh, alors que cette même surface thermique apportera théoriquement de 600 à 800 kWh. Par contre, le solaire thermique ne pouvant pas fournir son énergie au "réseau" et étant autonome, il surviendra à différents moments de l'année une "perte" de rendement lié au fait que l'énergie solaire ne pourra plus servir à chauffer l'eau, le ballon d'eau chaude étant arrivé à son maximum. En règle générale, ce m² de capteur solaire thermique apportera de l'ordre de 400 kWh à 500 kWh dû à cette perte de rendement lié à sa non utilisation; toutefois, cela reste encore 4 à 5 fois plus d'énergie que le photovoltaïque.
    • Sans aide publique il est donc beaucoup plus intéressant d'installer du solaire thermique pour le chauffage de l'eau.  Toutefois, les incitants financiers et la législation locale parfois biaisent ce raisonnement. D'un point de vue purement financier, il faut analyser les différentes législations en vigueur pour déterminer le plus intéressant. D'un point de vue énergétique et écologique, c'est le solaire thermique qui est le plus intéressant.

     

    • Système plus rentable car il permet de mieux dimensionner l'installation (pas de problèmes de surchauffe)
    • Plus fiable à terme
    • Requiert moins de maintenance
    • Permet du dimensionner l'installation pour obtenir un optimum économique
    • En sécurité à l'arrêt, pas de risque lors d'une panne de courant ou autre
    • Besoin de moins de liquide caloporteur
    • En cas de besoin d'intervention sur les capteurs, système vide à l'arrêt